lundi, mars 25

Des questions pour comprendre quel est le but de votre vie

Trouver son propre but dans la vie n’est pas facile et je suis convaincu que l’incapacité à le faire est l’une des raisons du malheur de nombreuses personnes. Depuis quelques années, j’erre d’un endroit à l’autre, d’un métier à l’autre, d’un projet à l’autre, à la recherche de mon Ikigai. Qu’est-ce que l’Ikigai ? C’est un concept japonais très intéressant. Il se traduit par « raison d’exister » et il y a un schéma pour comprendre comment le trouver : l’Ikigai est ce que vous savez bien faire, ce que vous aimez faire, ce pour quoi vous pourriez vous faire payer et ce qui aide à aider les autres.

Personnellement, j’ai trouvé mon Ikigai par écrit, ce qui me permet de me garder en voyageant à travers le monde et d’essayer de répandre un peu de positivité et d’idées alternatives en ces temps dominés par la Grande Loi Une. Mais j’ai rencontré dans le monde entier des personnes de tous âges et de toutes nationalités qui avaient trouvé leur Ikigai de différentes manières : certaines consacrant leur vie à aider les faibles et les sans défense, d’autres se consacrant à des projets éco-durables qui peuvent changer le monde, certaines apportant leur talent aux autres. Peu importe ce qu’ils faisaient, ces gens avaient un sourire en commun : le sourire de quelqu’un qui a trouvé son but dans la vie. Le sourire de ceux qui s’endorment le soir en sachant qu’ils ont donné un sens à l’implacable passage du temps.

 

Comment trouver le sens de la vie ?

Comme je l’ai dit, trouver son but dans la vie n’est pas facile. C’est pour cette raison aussi que j’ai décidé d’écrire un livre sur mon voyage, enchevêtré, complexe, extravagant et passionnant vers le bonheur. Mon but était de montrer à tous ceux qui se sentent vaincus, perdus et abandonnés à l’idée d’être malheureux pour toujours que des alternatives existent et qu’une vie heureuse est à la portée de tous. Mon livre ne donne pas de réponses, car il n’y a pas de « phrases » quand il s’agit d’épanouissement personnel : chacun a des coordonnées de bonheur différentes. Cependant, il pourrait être utile de commencer à poser les bonnes questions.

 

Un de tous, quel est le but de ma vie ?

Si vous ne l’avez pas encore trouvé et qu’il vous épuise et vous rend malade, je vais vous donner un conseil : lisez ces 8 questions et répondez-y honnêtement. Ce sont des questions que je me suis posées à différents moments de ma vie et qui m’ont aidé à trouver les coordonnées de mon bonheur.

 

1. Qu’est-ce que tu aimes faire ?

Je pense que la toute première question que vous devriez vous poser si vous voulez comprendre quel est le but de votre vie devrait être sur ce que vous aimez d’une certaine façon. L’amour est la base de tout, l’amour est le bonheur.

Qu’est-ce que tu aimes faire ? Qu’est-ce qui vous fait sourire ? Quelles sont les activités que vous effectuez sans ressentir d’inconfort, d’ennui ou de souffrance ? Dans mon cas, c’était l’écriture : je pouvais écrire toute la journée et tous les jours et je ne me lasserais jamais. Quand j’ai réalisé que j’avais cette « dépendance » saine, j’ai réalisé qu’elle pouvait devenir le but de ma vie professionnelle et personnelle. J’ai donc essayé de transformer cette passion en un moyen de subvenir à mes besoins. Réfléchissez à ce que vous aimez faire, dressez une liste des activités que vous aimez et étudiez-les pendant un moment dans le silence et la solitude. Votre Ikigai, le but de votre vie, est probablement sur cette liste.

 

2. Si vous aviez le choix, quel genre de travail aimeriez-vous faire ?

C’est une question clé, car le travail, que vous le vouliez ou non, occupera la majeure partie de votre vie. Le travail est ce que vous ferez plusieurs heures par jour pendant plusieurs décennies de votre vie. Très peu d’aide est donnée aux jeunes dans le choix d’un emploi (choix, ne pas chercher le premier emploi qui arrive !) alors qu’en réalité il serait essentiel de leur apprendre que trouver le bon emploi signifie se rapprocher de leur bonheur.

Si vous aviez le choix, quel genre de travail aimeriez-vous faire ? La réponse est très importante. Vous voudrez peut-être un emploi très bien rémunéré ou un emploi qui vous donne beaucoup de temps libre. Travail sûr ou travail de pompage d’adrénaline. Un travail qui vous donne de l’espace et du temps pour vos passions ou un travail qui est votre passion.

 

3. Quels sont vos meilleurs souvenirs ?

Arrêtez-vous et prenez une minute pour repenser aux meilleurs moments de votre vie. Sortez vos souvenirs et plongez dans le passé pour revivre ces fragments de bonheur. Regardez ce court métrage mental et réalisez que le but de votre vie est juste là, au milieu de ces souvenirs. D’un autre côté, pensez à quel point il serait beau de ne vivre que des moments comme ceux que vous considérez comme les plus heureux de votre existence…. cela ne voudrait-il pas dire que vous avez trouvé votre but dans la vie ?

 

4. Quand vous êtes-vous senti chez vous ?

Nous grandissons convaincus que la « maison » est le lieu où nous sommes nés, mais le concept de « maison » va au-delà de ce qui est écrit sur notre carte d’identité. Comme je l’écris dans mon livre, j’ai toujours eu une relation difficile avec la ville où je suis né (Turin) et en voyageant j’ai découvert que je me sentais chez moi dans les endroits les plus disparates et inimaginables. A Bali, par exemple, un endroit que je n’avais jamais considéré jusqu’à il y a quelques années comme une destination de voyage.

Mais se sentir chez soi n’est pas seulement une question d’endroits. « Home » est un mélange de sensations que l’on ressent lorsque l’on se trouve à un certain endroit, mais surtout lorsque l’on est avec certaines personnes. Je me sentais chez moi à regarder dans les yeux de la femme que j’aime, à manger une serviette thaïlandaise avec des voyageurs nouvellement rencontrés, à discuter avec le gérant de la pension à Bangkok où il séjourne chaque année.

Pensez-y, quand vous êtes-vous vraiment senti chez vous ? Qui ou qu’est-ce qui vous a donné ce sentiment ? Vous pouvez trouver le but de votre vie en répondant à ces deux questions, parce que vous pouvez avoir beaucoup d’objectifs dans votre cheminement existentiel, mais vous voulez certainement vous sentir à l’aise.

 

5. Pensez aux gens que vous appréciez : pourquoi les admirez-vous ?

Dans cette société hyper-compétitive, nous sommes de plus en plus poussés vers l’isolement et la solitude, une situation qui nous conduit à devenir esclaves de notre ego. Voyager est le remède à ce mal, parce qu’il nous enseigne d’abord l’importance de l’humilité et nous fait ensuite comprendre que les gens sont une valeur et non un obstacle. De plus, les gens sont une source d’inspiration qui peut vous aider à trouver les coordonnées de votre bonheur. Pensez aux personnes que vous appréciez : pourquoi les regardez-vous avec admiration ? Quelles sont les caractéristiques que vous appréciez ? Pourquoi voudriez-vous leur ressembler (tout en restant vous-même) ?

Répondez à ces questions et vous trouverez facilement le but de votre vie. N’ayez pas honte de vous inspirer de ceux que vous appréciez, ni même de leur demander des conseils de vie et professionnels : les gens sont une ressource extraordinaire. Mettez de côté votre ego et analysez humblement les histoires de réussite qui vous entourent. Ce sera beaucoup plus facile de trouver la bonne direction pour ta vie.

 

6. Que pouvez-vous bien faire ?

Il y a des gens qui ont des talents naturels. Il n’y a pas grand-chose à faire. Il y a des choses qu’ils font très bien. Je suis contre tout label, donc je ne vous dirai jamais que si vous avez un talent, vous devez le réaliser même s’il vous fait détester la vie. Mais je veux que vous y réfléchissiez un instant et si vous trouvez quelque chose pour lequel vous êtes vraiment bon, vous devriez envisager de vous consacrer corps et âme.

Parce que si vous trouvez quelque chose qui vous vient facilement et naturellement, vous aurez une vie qui n’est pas fatigante et vous aurez presque certainement beaucoup de temps libre pour vous. La formule est la suivante : si cela ne vous rend pas malheureux et si vous savez comment bien le faire, alors ce pourrait être le but de votre vie.

 

7. Si personne ne te jugeait, que ferais-tu de ta vie ?

Une question à laquelle peu de gens répondent honnêtement. Imaginez que vous avez déménagé de l’autre côté du monde. Tu es seul et personne ne te connaît. Ils ne connaissent même pas ton nom. Comment reprogrammeriez-vous votre vie ? Chercheriez-vous du travail dans la même région que celle où vous travaillez actuellement ? Auriez-vous les mêmes passe-temps ? Organiseriez-vous vos journées de la même façon ?

Si vous répondez à la question initiale en imaginant une vie complètement différente de celle que vous avez maintenant, alors il y a un problème. Le but de votre existence n’est pas dans ce que vous faites maintenant mais dans ce que vous voudriez faire si personne ne vous jugeait. Si oui, posez-vous une autre question : voulez-vous vivre comme  » juste « , comme quelqu’un qui a toujours maintenu les attentes des autres, ou voulez-vous vivre simplement  » heureux  » ?